Frelon asiatique : évaluation de l’efficacité du piégeage de printemps par l’ITSAP et le MNHN

Qu’est-ce que le piégeage du frelon asiatique et comment s’organise-t-il ? 

Le piégeage de printemps consiste en l’installation de dispositifs de piégeage ciblant la capture des reines du frelon asiatique à pattes jaunes, Vespa velutina, pendant la période de fondation des colonies. En piégeant les reines fondatrices, cette méthode vise à réduire le nombre de nids de frelon. Elle repose sur l’utilisation de pièges de type « bouteille » ou « cloche » dans lesquels sont placés des appâts alimentaires sucrés.

A l’heure actuelle, il n’existe pas de preuve de l’efficacité de cette méthode comme moyen de régulation des populations de V. velutina. Les évaluations disponibles montrent un faible rendement en captures de frelonset un manque de sélectivité du dispositif de piégeage conduisant à des dommages collatéraux sur l’entomofaune locale[1,2]. Le doute ainsi occasionné concernant le bénéfice de cette méthode au regard de son coût environnemental avait conduit à son exclusion comme préconisation de lutte dans la note de service du Ministère de l’Agriculture du 10 mai 2013[3].

Bien que non préconisé, le piégeage de printemps est pourtant utilisé dans certains départements. En effet, il est jugé efficace par les réseaux de lutte locaux qui constatent empiriquement une réduction de la présence de nids dans les zones de piégeage de printemps. Ces affirmations ne s’appuient toutefois sur aucune étude scientifique.

Devant la nécessité d’évaluer rigoureusement l’efficacité du piégeage de printemps, l’ITSAP-Institut de l’abeille et le Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN) ont initié depuis janvier 2016 une étude visant à quantifier son impact réel sur les colonies de V. velutina, et à évaluer sa capacité à réguler les populations et la pression de prédation dans les ruchers. Cette étude est conduite sur plusieurs années et sur une vaste zone, unique moyen de réaliser une évaluation d’impact valable.

  1. Une étude basée sur la science collaborative

L’étude est réalisée dans trois départements : Vendée (85), Morbihan (56) et Pyrénées-Atlantiques (64). Il n’y a pas d’incitation au piégeage mais celui-ci étant pratiqué, l’étude consiste à réaliser un suivi précis et rigoureux de l’effort de piégeage et des captures ainsi que de l’évolution du nombre de nids et de la pression de prédation. Pour cela, l’ITSAP et le MNHN recueillent les informations suivantes :

  1. le nombre et la localisation des pièges et des fondatrices piégées au printemps,
  2. le nombre et la localisation des nids observés tout au long de la saison,
  3. le niveau de pression de prédation des frelons à pattes jaunes dans les ruchers.

L’étude se base sur un principe de science collaborative en s’appuyant sur des réseaux de participants bénévoles pour l’acquisition et la transmission des données sur l’ensemble des trois départements et sur plusieurs années. L’ITSAP s’appuie sur des structures partenaires locales chargées de mobiliser et d’organiser les réseaux de participants bénévoles à l’échelle des départements (ADAAQ et FDGDON du Morbihan et de Vendée).

L’ITSAP et le MNHN complètent ses inventaires en recueillant les données saisies sur ce site internet.
Votre contribution au site nous est donc très utile !

 

  1. Que faire si vous habitez dans l’un des trois départements de l’étude ?

 

    1. Vous faites du piégeage de frelon à pattes jaunes au printemps ?

Vos saisies sont essentielles pour un recensement rigoureux des actions de piégeage dans les trois départements impliqués dans cette étude. Cela nous garantit des résultats fiables. Piéger sans nous transmettre le nombre et la localisation de vos pièges, le type de pièges et d’appâts et le nombre de fondatrices capturées fragilise notre travail et risque de biaiser nos conclusions sur l’efficacité de cette méthode lutte.

    1. Vous avez observé un nid de frelons à pattes jaunes ?

Il est essentiel de signaler tout nid de frelon asiatique observé sur le territoire national en indiquant certaines caractéristiques (support, diamètres/hauteur, date d’observation et le cas échéant de destruction) et sa localisation la plus précise possible afin de nous permettre de le cartographier et de trier les éventuels doublons. L’inventaire des nids est non seulement utile à cette étude, mais il permet également de faire un suivi de l’invasion (MNHN).
En cas de question sur cette étude vous pouvez également contacter directement Sophie POINTEAU, chargée de projet Frelon asiatique à l’ITSAP.
Références
[1] Rome Q., Muller F., Théry T., Andrivot J., Haubois S., Rosenstiehl E., Villemant C. 2011. Impact sur l’entomofaune des pièges à bière ou à jus de cirier utilisés dans la lutte contre le frelon asiatique. In: Barbançon, J-M. and L’Hostis, M. (eds) Proceedings of the Journée Scientifique Apicole –11 February 2011, Arles, pp 18-20.
[2] Monceau K., Bonnard O., Thiéry D. 2012. Chasing the queens of the alien predator of honeybee: a water drop in the invasiness ocean. Open Journal of Ecology (2): 183-191.
[3] Note de service DGAL/SDSPA/N2013-8082 du 10 mai 2013 – ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt.

 


Notre conseil

Qu’est-ce que le piégeage du frelon asiatique et comment s’organise-t-il ?

Le piégeage du frelon asiatique est réalisable pendant toute la durée du cycle de vie du frelon et ses modalités varient en fonction de la période et de ses besoins alimentaires.

Lire la suite ...

Mode d'emploi

Frelon asiatique : évaluation de l'efficacité du piégeage de printemps par l'ITSAP et le MNHN

Le piégeage de printemps consiste en l'installation de dispositifs de piégeage ciblant la capture des reines du frelon asiatique à pattes jaunes, Vespa velutina, pendant la période de fondation des colonies.

Lire la suite...

Reconnaitre le frelon asiatique

Gammes de tailles

Reine : 22 à 32 mm
Ouvrière de printemps : 14 à 16 mm
Ouvrière de pleine saison : 16 à 27 mm
Mâles : 17 à 27 mm

Tête
Orange avec un front  noir
Corps
1 seul segment jaune orangé
Pattes
Jaunes à leur extrémité
Nid
Primaire (embryon) : moins de 20 cm de diamètre, ouverture vers le bas, avant le mois de juillet
Primaire ou secondaire (« mâture ») : 20 à 80 cm de diamètre, petite ouverture sur le côté, à partir de juillet.

Reconnaitre les autres insectes...

Trouvez ou fabriquez un piège



Modèles de pièges...